• Sports thrükkiens - Le binz-bol

    Sport très apprécié par la jeunesse à Thrükk, il nécessite, pour y jouer :

    • Un Binz (pattes attachées pour éviter qu'il ne s'enfuie en cours de partie)
    • Une batte de binz-bol (ou à défaut, un gourdin)
    • Un bol (idéalement de la taille du Binz)

     

    Le minimum requis de joueurs est de deux joueurs ; il n'y a pas de maximum. Il n'y a pas  non plus besoin d'être un nombre pair ou impair.
    Il existe de nombreuses variantes, mais le principe de base reste le même :

    1) - Les deux joueurs se tiennent face-à-face. L'un tient la batte, l'autre le bol. Le joueur qui a la batte doit envoyer le Binz voler dans les airs en direction de l'autre joueur.
    2) - Le joueur qui a le bol doit alors rattraper le Binz de façon à ce qu'il atterrisse dans le bol. Il n'a pas le droit de s'aider de ses mains. L'équipe gagne un point par Binz rattrapé.


    À l'origine, le binz-bol n'était pas un jeu : il a été inventé lors de la grande famine du Binz, pour répondre au besoin de nourriture d'alors. Les gens se sont vus contraints de chasser ces Bestiohols très prolifiques qui peuplent tous les coins de Thrükk. En plus d'être nombreux, ils ont la particularité d'être très stupides, donc faciles à capturer.

    Il suffit de se placer derrière un Binz, puis de crier très fort pour qu'il prenne peur et se mette à courir dans tous les sens, jusqu'à ce qu'il s'assomme contre un arbre. Seulement, les Binz courant très vite, il n'étaient pas toujours faciles à retrouver une fois effrayés. On mit donc au point une technique plus appropriée : toujours en se plaçant dans le dos du Binz, on lui assène un coup de gourdin qui l'envoie jusque dans le bol du compagnon de chasse, qui se dépêche d'aller mettre le Binz à cuire avant qu'il ne reprenne ses esprits. Cette technique se révélant très distrayante, la pratique est restée.

    De nos jours, on trouve des Binz pré-saucissonnés dans le commerce, mais les puristes préfèrent tout de même capturer le Bestiohol, cette phase faisant partie intégrante du sport. À la fin du match, peu de joueurs rendent leur liberté au Binz, préférant plutôt le cuisiner comme goûter, car, c'est bien connu, se dépenser en plein air, ça creuse. Le Binz est croquant sous la dent et fondant au milieu, et a un goût de poulet.


    La journée du Binz

    Le binz-bol est tellement populaire sur Thrükk que la Journée du Binz fut instaurée, tous les ans, le 13 Bronzil.
    Il s'agit officiellement, pour les croyants, d'une fête de remerciement à la Désse pour avoir crée un Bestiohol aussi pratique. Pour tous les autres gens, c'est surtout l'occasion d'une partie de binz-bol à l'échelle du pays, voire du continent, ou même du monde entier.

    Chaque ville ou village compte comme un participant et doit se munir d'un Binz qui porte ses couleurs, en apposant son tampon entre les deux yeux. Chaque villageois choisit alors soit un gourdin, soit un bol, ceux ayant  des bols ayant aussi un tampon de leur ville, délivré par les Nains-posteurs de la Nain-posture locale. Les grandes villes ont parfois l'autorisation de mettre plusieurs Binz en jeu.
    Lorsque la partie démarre, on frappe le Binz de gourdin en bol et de bol en gourdin le plus loin possible. Le Binz ne doit en aucun cas toucher le sol, sinon il est disqualifié. Ils voyagent ainsi de ville en ville, et à chaque fois qu'un  Binz arrive dans une nouvelle ville, il en reçoit le tampon. S'il n'y a pas de Nain-posture, on peut le remplacer par des autocollants.

    La ville gagnante est désignée au coucher du soleil, où tout le monde s'arrête, et ramasse les Binz qui sont acheminés par les résaux de Nain-postures et de Nains-bus jusqu'à Chouette, où les 5 Archimages, en qualité d'arbitres, font le décompte.
    Le Binz qui a récolté le plus de tampons est le vainqueur, et la ville dont il est originaire reçoit une récompense en fric-frics, en plus d'une statue d'or commémorative sur sa place centrale. Comme il faut généralement du temps pour le décompte, les résultats ne sont annoncés qu'au milieu de la nuit, vers minuit. En attendant, les gens font la fête, boivent, mangent, chantent, dansent (parfois en même temps). Un message magique apparait dans le ciel à l'heure dite, avec le nom du gagnant et son score.
    Un prix spécial du "Binz voyageur" est attribué au Binz qui a parcouru le plus de distance entre son point de départ et son point d'arrivé (on gagne dans ce cas une boîte à images magique).

    « Nobol le malchanceux, inventeur de génie23h de la BD 2018 : Tugudu dans "Charme Magnétique" »

    Tags Tags : , ,